Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Comment éviter les infections urinaires à répétition ?

Comment éviter les infections urinaires à répétition ?

Le 11 septembre 2016
Comment éviter les infections urinaires à répétition ?
Les infections urinaires à répétition sont fort invalidantes, quels sont les moyens de les éviter ?

Qu'est ce qu'une infection urinaire ?

Une infection urinaire est une infection bactérienne du tractus urinaire (vessie, rein, urètre, prostate ...) qs soyons en cabinet de médecin généraliste à Etterbeek-Ixelles.
Du fait que l'urètre est plus court chez les femmes  (2cm contre 16cm chez l'homme) et que le méat urinaire est plus proche de l'anus, les femmes sont plus fréquemment concernées.
Chez l'homme, elle traduit souvent une anomalie, hypetrophie de la prostate.

Les germes les plus  fréquents sont dans 80% des cas l'Escherichia coli; viennent ensuite le Proteux mirabilis qui favorise les calsuls urinaires et les Enterobacter, Citrobacter ...

Résultat de recherche d'images pour "arbre urinaire"


Quels sont les facteurs de risque d'une infection urinaire ?

- Une prise insuffisante de boissons;
- Le fait de s'essuyer d'arrière vers l'avant après avoir été à selle ramène des germes vers le  
     méat uriniare;
- Le fait de ne pas uriner après les rapports sexuels (ne permet pas l'évacusation probable    
    des germes ayant pénétré par l'urètre;
- La constipation qui favorise la stagnation des selles;
- Les déformations urologiques et gynécoloques sont une cause plus rare;
- Chez l'homme de moins de 50 ans, elles sont souvent dues à un rapport sexuel non protégé;
- Chez l'homme de plus de 50 ans, l'hypertrophie de la prostate (adénome prostatique) comprimant mécaniquement les voies urinaires est la cause la plus fréquente. Viennet ensuite les calculs urinaires et d'autres anomalies du dol vésical, prostatique, de rétércissement de l'urètre ...
- Plus rarement, les dysfonctions neurologiques de la vessie, les infections gynécologiques, de l'anus, les lésions iatrogènes c-à-d. secondaires à des actes techniques médicaux intra-urétraux tels les sondages urinaires.

Les symptômes de l'infection urinaire

L'infection urinaire peut être asymptomatique, surtout chez les personnes agées.

Elle peut également présenter divers signes d'alerte: la mictalgie (brûlure, douleur ou gêne à la miction), les urines nauséabondes, une pesanteur dans le bas ventre, des urines hémorragiques et la pollakiurie (augmentation des fréquences de miction) qui signent surtout les cystites et urétrites.

La fièvre de 38-40°c avec  des frissons, une altération de l'état général, des myalgies (douleurs musculaires) et arthralgies (douleurs articulaires) et des douleurs lombaires particulièrement unilatérales sont des signes d'alerte d'une pyélonéphrite (infection urinaire touchant le rein) ou d'une prostatite qui nécessitent parfois une antibiothérapie intraveineuse en hospitalistion.

Comment diagnostiquer une infection urinaire ?

La démarche diagnostique commence par l'anamnèse ou interrogatoire du patient par le médecin généraliste en consultation à Ettebrbeek-Ixelles: il s'agit de savoir ses plaintes, ses symptômes, ses antécédents médicaux, ses facteurs de risque d'infections urinaires (prise de boissons suffisantes ou pas, les soins d'hygiène, les irritants ...).

Plusieurs examens complémentaires au cabinet de consultation du médecin généraliste, de laboratoire ou d'imagerie médicale permettent de faire le diagnostic, d'en précisr les éventuelles complications ...

Le test de la bandelette urinaire ou tigette de fait rapidement au cabinet du médecin généraliste mais ce test ne permet pas de préciser le type de bactéries ni sa sensibilité ou résistance aux antibiotiques.

L'examen microscopique des urines (EMU) est un examen plus poussé en laboratoire qui prend trois jours et qui permet de préciser le type de bactéries et la sensibilité/ résistance bactérienne aux antibiotiques c-à-d. l'antibiogramme.

Une prise de sang générale est parfois nécessaire dans le cas d'une grossesse, de l'altération de l'état général, de suspiçion d'affections autres, de septicémie ...

L'imagerie médicale (échographie de l'arbre urinaire, rénale, l' uroscanner ...) permet également de préciser le diagnostic ou de révéler une éventuelle complication ou cause primaire de l'infection uirnaire (malformation du tractus urinaire, calculs urinaires, compressions de l'arbre urinaire ...). Elle ne concerne que certains cas bien spécifiques ou les infections chroniques à bilanter plus en profondeur.

Les complications de l'infection urinaire:

Les cystites et urétrites, infections urinaires basses, peuvent s'étendre au rein et entraîner une dégradation de l'état général avec fièvre élevée et le passage à la septicémie.

L'infection urinaire haute (pyélonéphrite) peut passer en septiciémie (infection générélaisée passant ldans le sang) avec un risque de dégradation de la fonction cardiaque et d'autres organes, c'est alors le choc septique nécessitant des soins en réanimation.

Le risque d'une pyélonéphrite est aussi l'abcès rénal ou au stade ultime la destruction du rein avec à l'extrême l'insuffisance rénale terminale dont le traitement est la dialyse ou la greffe rénale.

Les risques de complications sont d'autant plus importants que le patient est fragilisé par une co-morbidité ou fragilité: diabète, déficit immunitaire, personne âgée, petite enfance, femme enceinte...

Les prostaties favorisent les rétentions urinaires à répétition et les orchites (infections testiculaires).

Toute infection urinaire d'une femme enceinte est considérée comme une infection compliquée avec un risque de fausse couche.

Traitement des infections urinaires:

Le traitement est d'abord symptomatique: traitement des douleurs par des antalgiques, augmentation de l'évacuation urinaire par une prise de boisson suffisante, le sondage urinaire dans le cas de rétention urinaire aigüe.

Les cystites ou urétrites banales peuvent être traitées par un simple antiseptique urinaire de  7 à 10 jours.

Le traitement causal est l'antibiotique qui peut être pris per os dans le cas des infections non compliquées et souvent basses ou alors nécessiter une antibiothérapie intraveineuse qui nécessite alors une hospitalisation.

D'autres traitements plus avancés sont spécifiques de la cause de l'infection urinaire: une sonde double J dans le cas de calcul urinaire occlusif, une chirurgie de la prostate ou de masse abdominale dans le cas de compression de l'arbre uriniare, le sondage uraire dans le cas de la rétention urinaire aigüe ...

Quelques conseils en vue d'éviter les infections urinaires:

Des conseils hygiééniques sont très efficaces pour éviter les infections urinaires:

Il s'agit de bien boire minimum 1,5 litres par jour, ne pas retenir ses urines longtemps, faire des mictions complètes, éviter les résidus dans la vessie, ne pas utiliser des savons intimes au ph acide mais bien au ph neutre (ph:7), bien s'essuyer après les selles de l'avant à l'arrière,
éviter la constipation, éviter d'irriter ses parties intimes, uriner immédiatement après les rapports sexuels, éviter les pantalons et sous-vêtements trops serrés en fibres synthétiques qui favorisent la transpiration et la multiplication des germes.

Notre cabinet de médecin générale à Etterbeek-Ixelles vous est ouvert pour toute information complémentaire.

Actualités